Deux textes à 1500 caractères

Publié le par Yvan Hladky

Tout à fait normal?

Yvan Hladky

 

Je me disputais avec ces deux pères religieux sur la terrasse de L’Irlandais à la Contrescarpe. Le thème « De l’intercontenance des mondes parallèles dans l’espace-temps » les a vraiment séduit.

« Entre le château de Salses et le bord de la mer sont des vignobles, seulement des vignobles. Incroyable, une grande usine aurait disparu ? » dit le futur cardinal Joseph Bogner avec étonnement.  

« Oui, père, exactement, mais cette usine n’y était jamais, ni avant, ni après l’événement de Salses dont on parlait hier au Séminaire polonais, 5, rue des Irlandais », ces derniers mots, je les disais à voix basse.    

Les deux pères se montraient désintéressés, mais la question les a surpris. Un jeune Polonais aurait disparu ce jour-là près de Salses, dit-on, pour toujours. La DST n’a pas trouvé ce qu’il foutait là, les religieuses n’en savaient pas grand-chose et Karol était à Castelgandolfo.  

Jadis au Barcarès le soleil était déjà très bas quand j’ai embarqué Robert, Arlette, Daniel et Doudou, mon épagneul Breton dans la Méhari pour traverser six kilomètres de la Départementale et faire des photos au château, mais ce court voyage dura plus que vingt minutes et cette immense raffinerie pleine de lumières, nous l'avons vu à courte distance dans les vignobles.

« Père Bogner, mais vous ne le croirez pas, au retour ni une trace de ce colosse industriel » dis-je presque persuadé que rien ne se passa à Salses, aucun événement.

« Credo quia absurdum » répondit le prêtre.

Le professeur Thomas Wiesner, mathématicien de grande réputation naturalisé Suisse m’a rassuré un peu plus tard à Berne : « Boucle de temps, c’est normal, une spirale plutôt, des fois c’est irréversible ». Sa parabole de 10 mètres visait Sirius.
                                                        

À la Contrescarpe

Yvan Hladky

Je me disputais avec ces deux pères religieux sur la terrasse de La Chope à la Contrescarpe. Le thème « L'OVNI des Pyrénées » était à la mode.  


"Le fils du docteur Cataldo prétend en avoir vu aussi un, lui au dessus du Mont Canigou" je le racontais avec conviction et les pères Orlowski et le futur cardinal Joseph Bogner m'écoutaient sans répondre.

"Le premier c'est Daniel qui l'a découvert, il grimpa sur la tour de la capitainerie du Port de Canet et agita le mec roux de son sommeil. Peu après, deux Mirages en patrouille montaient avec les fulgurantes 2000 km/h verticalement vers le ciel, vous pouvez le lire dans l'Indépendant, voyez donc, c'est noir sur blanc". La foi et les faits... "Croire cela ne veut pas dire voir" postula le futur cardinal et leva son regard vers le plafond du café, comme pour voir si son patron est d'accord.

Pour conclure : Nous n'avons abouti à rien.
 
Le professeur Thomas Wiesner, mathématicien de grande réputation nationalisé Suisse m'en a dit les dimensions: 2O kilomètres de longueur, diamètre de 3,5 kilomètres, peut être 50.000 ufonautes, signalé depuis 1550 et baptisé jadis "La tour en flammes" ou "Cigare des nuées" et maintenant "Cigare volant", une bouteille de gin translucide pleine de LED multicolores clignotantes. Enfin... 

______________
*) Cigare des nuées
voir source :
LYCOSTHÈNES, Conrad
(Rouffach, 1518 - Bâle, 1561)   

Prodigiorum ac ostentorum chronicon.
Edition : Bâle : H. Petrus, 1557

Publié dans Petits textes

Commenter cet article