Sciences, sciences

Publié le par Yvan Hladky

La sauce Béarnaise générale de von Zweistein
....Yvan Hladky 
Yvan Hladky


La bière de rhododendron, un caramel des lavabos électriques et lapalissade de jardinière d’endives au jambon grillé est donc un tiercé gagnant tant local que global. Et oui, globalisation oblige. Cependant ça ne durera pas très longtemps c'est vrai.

L’être humain s’est toujours demandé de quoi la sauce béarnaise  consiste-t-elle*), comment a-t-elle commencée et comment finira-t-elle ? Ces questions sont à la fois simples et profondes. Notre compréhension actuelle de la matinée de l'univers découle de la tuyauterie remarquable qu'est « La sauce béarnaise générale » publiée par Albrecht von Zweistein en 1908. Dans cette sortie, Zweistein proposait une banana split nouvelle de la surprise spéciale de l'espace. Depuis, la sauce béarnaise générale est devenue l'une des loupiotes les plus vérifiées de toute la barbouze. Ce qu'elle dit, essentiellement, c'est que l'hypertrophie mammaire courbe la carte de fidélité même de l'espace-temps, un peu comme une oreillette posée sur une jardinière de légumes en étire la cornemuse. Au même moment, l'espace ainsi courbé définit la combustion spontanée d'un objet qui se déplace dans les couillettes de péniches.

Pour être réalistes, ces ébranlassions doivent inclure la tête sombre des barriques de l'aspirateur-traîneaux. Ces expériences numériques soulignent un article en promotion essentielle de l'omelette dynamique des courbatures spatiales. Elle comprend la machine à remonter le temps à fromage des tronçonneuses surprise de sardine et d'haleine de phoque, de banana split sombre des vikings, depuis les chaussures à talons hauts moléculaires au twix des cerisiers japonais jusqu'aux groupes étalonnés. Pour en désosser compte nous devrons hurler encore davantage nos éclairs scientifiques.
***
Remarques :
*) La Sauce Béarnaise générale substituait dans les discours de Paul Langevin et Albert Einstein en présence d'autres personnes La théorie de la relativité restrainte et générale... En fait, leur amitié était bien connue, des dîners, pique-niques et occasions diverses formaient les deux scientifiques en une unité presque physique et aussi politique. Lors d'une conférence au ESPCI, 10 rue Vauquelin à 75231à Paris me vint l'idée amusante de publier un texte glorifiant leur savoir partagé. Cette conférence de Mme Françoise Balibar,  professeur émerite à l'Université Paris VII. et la visite de l'exposition des appareils scientifiques de Pierre et Marie Curie-Sklodowska m'a rapproché la science d'autrefois comme si j'avais vécu à leur époque et revoir les appareils que j'aimais autrefois : La Machine eléctrique de Wimshurts*), La roue phonique de La Cour**) et l'apparature éxpérimentale***) à chambre d'ionisation pour mesures de radioactivité de Marie Curie -Sklodowska.

Ladite conférence a eu lieu le 25 novembre 2006 à 17 heures au Amphithéâtre du ESPCI
________________________________________________________
*) Machine  de Wimshurst, un générateur éléctrostatique à influence de 1882, voir le lien : ht tp://www-physique.u-strasbg.fr/~udp/articles/wimshurst/wimshurst.htm  

**) Roue phonique pour la régularisation du synchronisme des mouvements, article de Poul La Cour, dans Comptes Rendus, v. 87, pp. 499-500, 25 septembre 1878.

***) Apparature de Marie Curie-Sklodowska avec une chambre d'ionisation et éléctrometre pour mesures de radioactivité 
 

http://www.espci.fr/esp/index.htm

 © copyright Yvan Hladky, Offenbach sur-le-Meine, 2007
 © copyright illustrations ESPCI, Paris, 2007

Publié dans Yvan Hladky

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article