Coup de folie inaudible

Publié le par Yvan Hladky

Coup de folie inaudible




 Yvan Hladky


Un coup frappé à la porte toujours invisible, un coup muet vous laisse le temps de s'en rendre compte, vite, venez bien voir les grands carreaux de pierres noires...

La situation est donnée : L'on n'entend pas toujours ce qu'il faut et pour se rendre compte de la folie, il faut écouter le silence. Des coups inaudibles sur la porte de folie invisible. La porte était vraiment point visible et mal située mais elle était vraie avec un vrai portier invisible et devait se trouver là où on ne la chercherait jamais, au milieu du mur près de la route et vous risquez la dépasser sans s'en apercevoir ou la heurter en pleine vitesse et rester vraiment accolé à ce portail de la folie invisible en résultat des mésalliances du corps et de l'esprit car pour acquérir l'équilibre on doit jeter un regard sur l'autre côté mais jamais franchir le seuil pour bien s'en rendre compte qu'ils nous regardent de leur position et qu'ils sont toujours là mais vous ne savez pas où, c'est la question sans réponse et sans aucun sens logique vous ne savez pas de réponse dans un couloir blanc qui mène vers la fenêtre peinte en blanc on dirait plutôt que c'est un tunnel et il y a d'autres portes blanches à notre gauche avec une rangée de fenêtres à droite et des tables aussi blanches avec quatre chaises composées de tubes métalliques blancs qui vous invitent à y passer l'heure des visites avec le fameux metteur en scène de l'Opéra et un coup frappé à la porte toujours invisible un coup muet vous laisse le temps de s'en rendre compte, vite, voyez les grands carreaux de pierres noires vraisemblablement posés une nuit sans éclairage (par un amateur du bricolage ) et on dirait aussi que le lit au milieu de la chambre pourrait être même transformé de sorte qu'une table d'opération deviendrait utilisable sans grands inconvénients, si besoin.

  

© copyright Yvan Hladky, Paris - Prague, 2006

Publié dans Yvan Hladky

Commenter cet article

Hervé G. 29/12/2008 18:03

Alors Yvan, comment va la vie ?Bien content de savoir où vous lire. Tous mes souhaits de bon vent littéraire à vous 3 !Hervé G.